Chloé - Disneyland Paris - Décembre 2013

Vivre Sans Voiture, ou comment devenir S.V.F. (Sans Voiture Fixe)

Comme beaucoup de mes amis, après avoir eu mon BAC j’ai eu mon permis, et après mon permis j’ai eu une voiture… Puis je me suis mis en couple et nous nous sommes retrouvés avec 2 voitures. Nous avons vécu ainsi pendant pas mal d’années, dépendants de nos véhicules …

Finalement nous avons décidé de vendre nos véhicules il y a maintenant 5 ans et de vivre sans voiture. Nous sommes ainsi devenu – ce que j’aime nommer – des « S.V.F. » (Sans Véhicule Fixe). Et nous ne regrettons aucunement ce choix !

Alors pourquoi ce retour en arrière et vivre sans voiture ?
Comment avons-nous économisé 9.000€/an, sans perdre en liberté ?
Et quels sont tous les autres avantages d’être un S.V.F. ?

Passer de 2 voitures … à 0.

Tout à commencé lorsque nous avons déménagé à Barcelone. Allions-nous aussi déménager nos voitures ? Nous nous sommes très vite rendu compte de certaines choses :

  • les papiers pour transférer légalement un véhicule d’un pays à un autre étaient hors de prix;
  • se garer dans ces grandes métropoles (tel que Barcelone) est devenu une vraie galère, et les parking du centre sont terriblement chers;
  • les transports en commun sont efficaces, le taxi bon marché;
  • la marche à pieds dans la capitale Catalane y est très agréable (soleil et larges trottoirs) et c’est toujours l’occasion de découvrir quelque chose de nouveau (un détail architectural, une petite rue pleine de charme, un nouveau restaurant de tapas à essayer prochainement …)
  • trouver un appartement avec une (ou deux) place de parking : ça limite carrément les choix ! (actuellement sur les 4176 logements à louer à Barcelone via Enalquiler, seul 629 ont un garage)
  • enfin, la question écologique commençait à rentrer dans nos centres de préoccupation …

Finalement, la réponse était évidente.

C’est ainsi que nous avons décidé de sauter le pas. Ni une ni deux, nous vendions nos voitures sur leboncoin et décidions de ne plus s’en racheter une fois passé de l’autre côté de la frontière.

Quelques années après, même après avoir eu un enfant et re-déménagé à la périphérie de Lyon, nous persévérons pour rester des S.V.F. et continuons de vivre sans voiture, aidés par de nombreux arguments et les nombreuses solutions alternatives.

Vivre Sans Voiture, pour faire des économies

Personne ne me contre-dira : la voiture est un gouffre financier, et de très loin un bon placement.
Savez-vous combien vous coûte votre voiture chaque année ?

Une étude a montré qu’une petite voiture (Renault Clio) coûte 6000€ chaque année à son propriétaire : assurance, carburant, entretien, parking, dépréciation etc.

Coût annuel d'une voiture de type Clio

Une Clio = 6000€/an


Mais être SVF, combien ça coûte ?

Voici une estimation des coûts (sur Lyon) qui sont venus se greffer à cette vie sans voiture :

  • Déplacements intra-muros (travail, petites courses etc.) :
    abonnement de bus/métro + abonnement Velo’v (location de vélos)
    = environ 700€/an
  • Déplacements week-end (sorties, balades etc.) :
    un abonnement à un service d’auto-partage (Autolib à Lyon, Avancar/Zipcar à Barcelone), avec en moyenne 2 locations chaque mois
    = environ 600€/an (carburant inclus)
  • Déplacements longue distance/durée :
    6 locations/an entre particuliers (perso, j’aime bien Drivy), à 100€ en moyenne par location, auxquels on ajoute le carburant et les péages. Mais il y aussi de nombreuses alternatives comme le train, ou le covoiturage (on citera Blablacar par exemple)
    = environ 1.000€/an

Finalement mon nouveau budget « transports » de S.V.F. s’élève à 2.300€/an (au lieu des 6.000€/an pour posséder la fameuse Clio) : soit 3.700€ d’économie à l’année !
Si j’élargie à la dimension du couple, je multiplie seulement les transports en commun par 2 : notre budget de « SVF » passe alors à 3.000€, au lieu de 12.000€ pour posséder deux véhicules privés, soit 9.000€ d’économie !

On peut en faire des choses avec 9.000€ chaque année …

Vivre Sans Voiture, pour préserver « un peu plus » la planète

En réfléchissant un peu, on constate rapidement qu’une voiture reste immobile plus de 90% de son temps ! Très souvent, on la prend le matin et une fois arrivée au travail, elle reste plantée là jusqu’en fin de journée. Et même chose une fois arrivée chez nous le soir. A mon avis là où il y a trois voitures quelque part, nous pourrions peut-être en avoir besoin que d’une seule si celle-ci était « mutualisée » (je compte tout de même un temps d’immobilisation non compressible).

En parallèle, même si la consommation en eau, en énergie et en produits polluants est de mieux en mieux maîtrisée, la production d’une voiture reste une source de pollution non négligeable. D’autant plus qu’il faut également prendre en compte leur sortie du circuit : destruction, déchets généré, dépollution etc.

Le phénomène de la voiture personnelle accentue aussi la congestion de nos villes, et le temps (et donc le carburant) perdu à tourner pour rechercher une place de parking, ou à faire du surplace dans les bouchons. Imaginez la place gagnée (et donc le temps aussi) si le nombre de véhicule était divisé par trois…

Enfin nous pourrions penser que l’essence n’entre pas pas dans mon calcul, étant donné que je continue finalement à utiliser un véhicule même si ce n’est pas le mien : FAUX !

  • N’ayant pas de voiture sous la main, je rationalise bien plus l’utilisation d’un véhicule.
  • Et si j’en loue un, je me retrouve très rarement seul au volant car mon utilisation a changé (utilisation familiale principalement). Pour info, le taux d’occupation européen sur les trajets domicile-travail est 1,1 à 1,2 par voiture.
  • J’utilise bien plus souvent les transports en commun (mutualisation des ressources, et division de la pollution/personne).
  • Je privilégie plus facilement les transports doux (à pieds, et en vélo).

Vivre Sans Voiture, pour garder la forme, et le moral

Combien de trajets faites-vous en voiture alors que vous auriez pu les faire à pieds ou en vélo ?

Quand on vit sans voiture, on se rend très vite compte qu’un grand nombre de déplacements peuvent se faire à pieds (ou à vélo). Pour l’exemple, la crèche de ma fille était à 2 kilomètres de chez nous. 2 kilomètres c’est peu, mais aller-retour ça fait déjà 4 kilomètres. Alors si j’avais eu ma voiture en bas de chez moi, je suis presque sûr que j’aurai fait le trajet avec celle-ci. Finalement, nous y avons été souvent à pieds (avec éventuellement le porte-enfant) : l’occasion de s’aérer l’esprit, passer un moment agréable, et faire sa petite session de remise en forme de la journée.

Vivre sans voiture est aussi très bon pour le moral. Je suis bien content d’en avoir fini avec les contrôles techniques, les visites chez le garagiste, les embouteillages, ou le stress lié à la place de parking qui nous passe toujours sous le nez !

Vivre Sans Voiture, pour les perspectives

Vous avez surement vécu cette expérience sur le parking d’IKEA, et de ce meuble en kit qui ne veut pas rentrer dans votre petite Clio ?

Voiture pas adaptée pour IKEA

Heu … on aurait peut-être dû prendre une voiture plus adaptée.

« Changer de véhicule à chaque utilisation, en l’adaptant à ses besoins », voici un autre argument de poids pour l’autopartage :
– une petite citadine pour les déplacements en ville (et se garer ainsi facilement)
– une voiture plus spacieuse, avec régulateur de vitesse, pour les grands week-end
– un utilitaire pour la journée Ikea/Casto/Déchetterie
C’est finalement très pratique de pouvoir changer de véhicule quand bon me semble, selon l’humeur ou les besoins !

La location entre-particuliers offre aussi un contact « social ». J’avoue, je ne me suis pas encore fait de super pote, mais il est toujours plus agréable de louer de « égal à égal » avec une personne avec qui nous pourrions échanger une expérience.

Enfin je le disais déjà plus haut, la contrainte du « critère garage » lorsque vous recherchez un logement est un énorme frein, ou un coût certain :
– à Barcelone, cela nous a permis de louer un appartement plein de charmes dans un vieux quartier, et qui n’avait évidemment pas de garage.
– à Lyon (Caluire), le garage de notre maison a été reconverti : aménagement d’une partie en petite chambre d’amis et bureau, et une autre en cellier et remise. Et donc un gain de place non négligeable, surtout au prix du mètre-carré …
Faites un test sur Seloger ou Leboncoin : comparez simplement le nombre de résultats lorsque vous faites la même recherche AVEC ou SANS garage ! Il est beaucoup plus facile de se loger si vous n’avez pas la contrainte d’un véhicule.

Les limites et les contre-arguments

Le stress : malgré la suppression du stress lié à la voiture (voir plus haut), les réseaux de transport en commun peuvent également créer son lot de stress (attentes, grèves, incivilités etc.). En revanche, à la différence d’un véhicule personnel, nous sommes ici ‘passager’ et nous pouvons ainsi en profiter pour lire un bon livre, ou tout simplement « méditer ». C’est aussi pour supprimer un maximum de stress que j’aime privilégier toujours plus la marche.

La liberté : c’est souvent le premier argument des propriétaires de voiture. Mes amis me répète souvent : « cela me donne l’occasion de partir le week-end quand bon me semble ». J’admet que ça reste peut-être l’inconvénient principal d’un SVF. Mais finalement, c’est juste une histoire de point de vu, et d’organisation. Il suffit souvent de s’y prendre au moins 24h à l’avance avant de décider de partir en week-end et avoir le temps de louer une voiture en quelques clics sur l’iphone … Mais combien de fois sommes-nous réellement partis sur un coup de tête, le matin même à la sortie du lit ?

Bon évidement, tout cela fonctionne bien lorsque l’on vit dans une grande ville comme Lyon ou Barcelone, qui sont dotés de services d’autopartage, de location de vélos (velo’v & co), ou d’un réseau de transport en commun dense. Tout ceci marcherait beaucoup moins bien si l’on devait s’installer à la campagne ou dans des villes de moindre envergure (bien que certains y arrivent) …

Finalement …

Je me sens beaucoup plus libre sans voiture, car je ne suis pas enfermé dans un mono mode de transport. Je profite aussi de mes déplacements d’une toute autre manière, et surtout, nous économisons 9.000€/an en adoptant ce mode !

Et vous, qu’est ce qui vous retient de vendre votre voiture et vivre sans ?


Vous avez aimé cet article ?

Faites parti de nos contacts si vous souhaitez recevoir les prochains articles en premier :

 


Nous sommes sur Facebook : suivez nos aventures !

Cliquez sur J'aime cette page pour nous rejoindre sur Facebook et découvrir nos voyages : conseils pour voyager avec un enfant, meilleures photos, vidéos exclusives etc.