Voyager en bonne santé, voilà le rêve de beaucoup d’entre nous. Mais malheureusement la vie, parfois, en décide autrement.

Alors dans le cas de figure où cela nous arrive, comment faire pour consolider le voyage et la maladie ? Devons-nous renoncer à nos rêves de voyages ? Devons-nous ignorer notre santé ?

Au début de notre projet de voyage à durée indéterminée (début 2014), lorsque nous étions en plein dans notre rush de tout vendre pour partir, nous nous sommes retrouvés confrontés à ce problème de santé …

Moi (Clem) étais de plus en plus fatiguée, et j’avais de plus en plus de douleurs. Mais lié à la période dans laquelle nous étions nous n’avons pas prêté plus attention à ces symptômes. Jusqu’au moment où cela est devenu invivable, j’ai décidé de consulter et de passer des examens à 2 mois de partir pour l’Asie…

Les examens et les consultations réalisées, le diagnostic est tombé : endométriose très sévère (stade 4) avec beaucoup d’organes touchés. Pour ne pas rentrer dans les détails de cette maladie, je donnerai juste quelques explications: l’endométriose, connue aussi comme beaucoup le surnomme « le cancer dont on ne meurt pas » mais qui nous détruit à petit feu, est une maladie gynécologique. Aujourd’hui elle est encore mal connue, et les dégâts qu’elle peut causer sont minimisés…

Les médecins me parlaient déjà des opérations et des changements physiques que je devrais subir … Et dans ma tête je n’entendais qu’un brouhaha et l’image de notre nouvelle vie nomade s’éloigner …

Nous avons, à la hâte, mis en pause notre projet, déboussolés par cette annonce à laquelle nous ne nous attendions pas.

Une fois le contre coupe passé, il fallait que l’on se décide : devions-nous laisser tomber notre projet (en ne sachant pas quand nous aurions de nouveau l’opportunité de le refaire) ou devions-nous nous donner les moyens de l’accomplir malgré les obstacles et le haut niveau de difficulté ?

Après concertation avec les chirurgiens qui devaient m’opérer, ils ont décidé de retarder la 1ère opération de quelques mois, le temps de me mettre en place un traitement (avec beaucoup beaucoup d’effets secondaires) qui avait pour but d’essayer de faire diminuer les nodules. Ils nous ont donc donné le feu vert pour partir en nous disant que cela ne pourrait que nous faire du bien. Nous avions alors devant nous 4 mois 1/2 de liberté.

Nous avons donc décidé d’être quand même prudent et d’oublier nos envies d’Asie (heureusement nous n’avions pas encore réservé nos billets et logements) et de se concentrer sur l’Europe, plus facile si besoin d’un rapatriement d’urgence.

Ces 4 mois 1/2 ne se sont pas passés comme nous l’imaginions (et comme la tournure de notre nouvelle vie d’ailleurs) mais malgré la maladie, les douleurs, les effets secondaires lourds des traitements, nous avons réussi à voyager et profiter en famille.

Nous avons donc commencé notre voyage à durée indéterminée il y a 2 ans 1/2 avec une contrainte de taille, et suite au 1er voyage nous avons décidé de continuer notre projet tout en respectant les contraintes de la maladie : beaucoup de retour en France à prévoir, des pauses en France de 3 à 6 mois, voyager plus lentement vis-à-vis de moi, ma fatigue, mes états et en fonction des effets secondaires des traitements.

Même si nous n’avons pas voyagé aussi longtemps que l’on voulait et dans les pays que nous souhaitions nous avons pris ce que l’on pouvait prendre, et nous en avons profité.

Même lorsque la date des opérations approchait (nous avons réussi à les retarder autant que l’on pouvait) nous avons tout de même décidé de vivre ceci à travers le voyage et de se poser dans un gîte pour 10 mois, proche de la ville où je devais être opéré, mais dans une nouvelle région qu’on ne connaissait pas : le Parc Naturel du Pilat.

10 mois après, 5 opérations plus tard (j’ai eu finalement plus de complications et de dégâts que prévue) nous avons repris la route tout en restant prudent (nous sommes partis seulement 2 mois en Normandie pour rester en France au cas où).

Fin août 2016, nous avons dû nous reposer dans un nouveau gîte pour 5 mois car je devais subir une 6ème opération.

Malgré la maladie, malgré les séquelles à vie et les changements physiques qui me laisseront une trace indélébile dans ma vie de femme, j’ai décidé de me relever tel une « guerrière » et d’accomplir mes envies et mes rêves encore plus motivée qu’avant 😊

Aujourd’hui, nous préparons notre prochain voyage pour Février 2017 tout en étant conscient que la maladie me laisse du répit pour l’instant, mais pour combien de temps ? Seul l’avenir nous le dira…

Auteur

La mère de famille

4 commentaires

  1. Bravo pour ce courage et bravo d’oser vivre vos rêves malgré la maladie…
    Longue vie à vos projets et à vos rêves !
    Et qui sait, peut-être à bientôt sur la route !

    • Merci pour les encouragements, certains jours ne sont pas toujours faciles … Et effectivement, peut-être à bientôt sur la route 😉

  2. Je vous suis depuis quelques temps par vos vidéos. Parfois je commence même ma journée avec une de vos vidéos, qui me donne l’énergie et l’envie nécessaire pour commencer une nouvelle journée. Votre témoignage est bouleversant mais entouré d’une force et d’une énergie merveilleuse. J’admire votre force à tous les trois et vous remercie pour vos partages. Je vous envoie pleins de belles énergies.

    • Clem ZED Répondre

      Hooo merci Angélique pour ce message très touchant…
      Nous sommes ravis si nous contribuons à ensoleiller tes journées.
      Nous recevons pleinement ton énergie positive.
      À bientôt qui sait

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.