En début d’été, nous annoncions vouloir privilégier les escapades dans notre région. C’est donc en Auvergne-Rhône-Alpes que nous sommes de nouveau partis pour tester un nouveau type de vélo pas comme les autres : le handbike Benur ! Un vélo à assistance électrique que l’on actionne avec les mains (au lieu des pieds), et qui prône la mobilité pour tous. L’occasion d’aller faire un petit bike-trip sur la ViaRhôna, de découvrir les alentours de Tain-l’Hermitage, et surtout de vous expliquer pourquoi nous avons été tentés par cette expérience … et pourquoi est-ce Clem qui s’y colle !?


De “voyager en liberté” à “voyager handicapée”

Avant de débuter notre voyage, je vous propose un petit retour en arrière pour bien comprendre comment nous en sommes arrivés là…

Le handicap s’est invité chez nous

En 2014, au moment de partir pour notre grand voyage à durée indéterminée, Clem a été confrontée à de lourds soucis de santé liés à une endométriose très sévère. Cette maladie était encore assez mal comprise à l’époque, et les spécialistes ne savaient pas trop comment aborder son cas assez complexe. Nous nous sommes tout de même donnés les moyens de partir, mais ce n’était que temporaire, et les hospitalisations entre deux voyages s’invitèrent à notre projet. Aujourd’hui, après de très nombreuses opérations et complications liées aux interventions chirurgicales, Clem subit de lourdes séquelles. La résection d’organes a bouleversé son quotidien, lui imposant des soins particuliers chaque jour, des limitations physiques contraignantes et une fatigue chronique qu’elle a dû apprivoiser.

Clem handicap invisible avec enfant
Etre mère malgré la maladie et le handicap

Un handicap invisible 

Une situation devenue handicapante, car même si Clem ne se déplace pas en fauteuil roulant, on parle bien d’handicap (elle a même la carte). C’est ce qu’on appelle l’handicap invisible, c’est à dire un handicap non perceptible lorsque l’on voit la personne, ce qui ne facilite pas toujours sa compréhension. On estime d’ailleurs que 80% des handicaps sont invisibles, alors que 2% seulement sont en fauteuil roulant. La perception des handicaps a donc encore des progrès à faire …

Voyage et handicap invisible
Nous avons voyagé 4 ans malgré la maladie et les opérations

Voyager avec un handicap

Il aura fallu du temps et du courage à Clem pour arriver à accepter et intégrer ses troubles limitant ses capacités physiques, et aujourd’hui encore, nous cherchons constamment des solutions pour concilier cette nouvelle vie avec notre grande passion : le voyage. Alors, quand l’équipe de Benur et Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme nous a proposé de tester un nouveau concept de vélo adapté aux personnes à mobilité réduite, on a tout de suite sauté sur l’occasion. D’autant plus que cela fait un bout de temps que l’on hésite à associer voyage et vélo.

Alors c’est parti, on vous embarque sur ce nouveau tricycle électrique, pour suivre le Rhône le long de la ViaRhôna.


Benur sur la ViaRhôna 

Benur sur la ViaRhona Tain-l'Hermitage
Première étape de notre bike-trip sur la ViaRhôna : Tain-l’Hermitage

Nous avions beaucoup d’aprioris sur ce projet et le handbike d’une manière générale. Mais le fait de le tester nous a permis de voir les choses autrement et de comprendre que ce type de vélo est ouvert à tout le monde.

Le handbike : “on ne pédale pas, on maindale”

Avant que Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme ne nous présente le projet Benur, je vous avoue que nous n’avions aucune idée de ce qu’était un “handbike”. Pour faire court, c’est un vélo que l’on fait avancer avec les mains : on ne pédale pas, on maindale ! Il en existe de plusieurs sortes : couchés, assis, associé à un fauteuil roulant ou pas … Mais dans notre tête, et avant que nous rencontrions Joseph le fondateur de Benur, nous associons ce type de vélo exclusivement à la mobilité réduite et au handicap : nous étions dans l’erreur ! C’est juste que le maindalage propose une technique différente que nous n’avons pas l’habitude. “Savoir casser les codes” : voilà une approche qui nous parle (cf. notre passée en tant que famille nomade).

Focus sur Joseph, le fondateur de Benur
Suite à un grave accident de la route, Joseph se retrouve du jour au lendemain en fauteuil roulant. Grand fan de vélo en itinérance, il cherche alors rapidement une solution lui permettant de continuer sa passion. C’est alors qu’il construit un premier prototype dans son garage, lui permettant de se transférer seul à bord de son handbike. Afin de prouver que son concept fonctionne, Joseph fait un premier tour de France de 4000km à bord de son engin. Challenge réussi ! Joseph le transforme en projet entrepreneurial, et même si depuis, il a réussi à quitter son fauteuil roulant, il continue encore à améliorer son vélo pour que celui-ci s’adapte à tous.

Benur sur la ViaRhona briefing Joseph
Briefing de Joseph (le fondateur de Benur) avant de partir

Aux rênes du char “Benur” : un handbike à assistance électrique

Le handbike de Benur se démarque de plusieurs façons :

  • Il est adapté à la mobilité réduite : en effet, ce handbike s’adapte aussi bien aux personnes en fauteuils roulants qu’aux autres grâce à un système de selle mobile. Nous avons bien évidemment testé cette seconde version.
  • Il prône avant tout la mobilité pour tous : nul besoin d’avoir un handicap sévère pour conduire un handbike, le projet Benur se veut être ouvert à tous. La région Auvergne-Rhône-Alpes ne met d’ailleurs aucune restriction d’entrée dans le cadre de son utilisation sur la ViaRhôna. 
  • Il est à assistance électrique. Selon les capacités physiques de chacun, on peut faire rouler le tricycle de deux façons : soit en maindalant (avec 3 vitesses possibles), soit en actionnant un bouton d’accélération. 

ℹ️ Plus d’infos sur le projet : https://benur.net/ 

On a testé le handbike Benur

Benur test handicap et valide
Clem et Max testent Benur © Joseph

L’avis de Clem (handicap invisible)

“J’étais à la fois enthousiaste et stressée de tester le handbike. Enthousiaste car cela fait des années que je ne pouvais plus faire de vélo à cause de mes douleurs et mes handicaps. Et stressée car j’avais peur du regard des autres face à ma monture pas comme les autres et aux jugements sur mon handicap invisible. J’ai très vite trouvée mes marques avec le handbike Benur qui est facile à manipuler. Et une fois les appréhensions levées, j’ai redécouvert le vélo autrement et j’ai adoré. Moi qui ne suis pas fan de la vitesse, j’ai même poussé la machine au maximum de sa limite. J’avais l’impression d’être invincible et libre. Ce que j’ai adoré le plus, c’est de pouvoir partager cela avec les enfants en les emmenant avec moi sur mon handbike.”

L’avis de Max (utilisateur “valide”)

“Au départ, je n’étais pas parti pour le tester, pensant que ce handbike n’était pas fait pour moi. Mais une fois mes aprioris levés, j’ai enfin osé : je pensais en faire seulement quelques minutes en empruntant le handbike de Joseph (le fondateur de Benur), et finalement, me sentant tellement bien et à l’aise sur ce tricycle, je crois que j’ai finalement fait la moitié de l’itinéraire avec lui !”


Faire du vélo le long de la ViaRhôna

Benur sur la ViaRhona nature
La nature est aussi au RDV sur la ViaRhôna

Notre envie initiale

Cela faisait un bon bout de temps que nous voulions nous remettre au vélo. Après avoir expérimenté une portion de la Véloire entre père et fille (dans le Roannais), nous voulions aller plus loin, et le projet de partir en bike-trip dans notre région et en famille revenait régulièrement dans nos conversations. Mais depuis ses opérations, les quelques expériences à vélo s’étaient révélées compliquées et douloureuses pour Clem. Nous étions donc dans l’impasse, et le projet s’endormait …

Alors quand Auvergne-Rhône-Alpes Tourisme nous a proposé de tester ce nouveau projet de mobilité pour tous sur la ViaRhôna, on s’est dit que c’était le bon moment et la bonne occasion. Associer les technologies de mobilité pour tous de Benur aux itinéraires plats et sans dénivelés de la ViaRhôna nous permettait enfin de nous lancer et nous remettre en selle tranquillement.

Benur sur la ViaRhona Tain-l'Hermitage Hotel de ville
En handbike Benur à Tain-l’Hermitage

Le parcours choisi pour se tester

Au départ, nous cherchions un parcours itinérant en plusieurs étapes. Mais les histoires de covid ayant générées beaucoup de réservation en France, trouver plusieurs logements à la dernière minute en plein mois de juillet et respectant un itinéraire précis se révéla une tâche impossible. Nous nous consolons donc en choisissant une boucle facilement réalisable en une journée. Chose aussi plus rassurante pour se remettre doucement au vélo et se donner l’occasion d’apprivoiser la bête (le Benur).

Nous choisissons ainsi un itinéraire de 20 km : au départ de Tain-l’Hermitage, nous descendons vers le Sud en suivant le Rhône côté Drôme, jusqu’au village de la Roche-de-Glun, puis nous remontons à notre point de départ en suivant la ViaRhôna côté Ardèche en terminant par Tournon. Le handbike est quant à lui récupéré et remis au caveau M. Chapoutier de Tain-l’Hermitage : une bonne occasion de déguster les vins de la région et acheter quelques bouteilles 😉.

Benur sur la ViaRhona Chapoutier
On récupère notre Benur chez Chapoutier : l’occasion de faire un peu d’œnotourisme 😉

📍 Carte et informations sur l’itinéraire :
https://www.viarhona.com/incontournables/cote-du-rhone
https://rando-ardeche-hermitage.fr/velo/au-fil-du-rhone/

Bilan de cette expérience en famille

Ce parcours a été parfait pour cette expérience en famille. Ni trop long, ni trop court, avec un joli coin de pique-nique à mi-chemin (à la Roche-de-Glun). Rouler sur les pistes cyclables de la ViaRhôna permet aussi de se sentir en sécurité (primordiale avec des enfants), et certaines portions sont même loin des routes et la nature à proximité. L’association de la ViaRhôna avec le projet Benur s’est ainsi révélée parfaite : Clem s’est réconciliée avec le vélo, et nous avons passé d’agréables moments en famille, expérimentant de nouvelles sensations et profitant d’une belle balade au fil de l’eau. 

Handbike Benur sur la ViaRhona en famille
La famille est au complet : prêts pour tester Benur sur la ViaRhôna !

À vous de tester ?!
Afin de faire découvrir le concept, la région et Benur mettent à disposition ce service de mobilité pour tous sur deux portions de la ViaRhôna : autour de Tain-l’Hermitage et vers Miribel Jonage. Alors profitez-en : vous avez jusqu’à la fin de l’année pour tester gratuitement ce nouveau type de vélo.
ℹ️ Informations complémentaire sur le site de Benur (vous verrez notre photo 😉)


Visiter Tain-l’Hermitage et ses alentours

Tain-l'Hermitage vue et pont
Vue sur le Rhône depuis les quais de Tain-l’Hermitage

Ce trip à vélo nous donne aussi l’occasion d’explorer les environs de Tain-l’Hermitage et de visiter quelques incontournables de ce territoire situé entre l’Ardèche et la Drôme : l’Ardèche-Hermitage.

Flâner sur les quais de Tain-l’Hermitage 

Notre bike-trip de la veille nous faisant passer par Tain-l’Hermitage, nous découvrions alors la ville à “vive allure”. Malgré la vitesse, les quais de la ville nous ont tout de suite charmés. C’est ainsi que nous décidons d’y revenir, cette fois plus lentement, en prenant le temps de flâner à pieds. On prend le temps d’admirer la vue sur Tournon-sur-Rhône (la ville juste en face) : son château et les anciennes tours de garde de la ville trônent fièrement au pieds des vignobles de l’Hermitage. Nous nous arrêtons à la passerelle Marc-Seguin qui relie les deux rives : c’est l’un des premiers ponts suspendus sur le Rhône, et aujourd’hui le plus vieux pont suspendu de France encore utilisé (avec plus de 170 ans de service). Les enfants profitent aussi de la balade pour s’amuser aux parcs de jeux présents aux abords, et nous tombons sous le charme du jardin de l’hôtel de ville.

La bonne adresse gourmande
Cette promenade nous donne aussi l’occasion de nous arrêter pour une pause gourmande à La Péniche “Slow Food Place”. Comme son nom l’indique, l’adresse est située sur une péniche joliment décorée, et propose une cuisine faite maison et saine. On adore ! 

La Cité du Chocolat 

En plein cœur de Tain-l’Hermitage, et implanté sur le site historique de la renommée chocolaterie Valrhona, la Cité du Chocolat est le lieu incontournable pour tous les gourmets de passage dans le coin. Et vu que l’on est tous fans de chocolats dans notre famille, ça tombe bien !

Nous arrivons sur les lieux pour le déjeuner : une bonne occasion de tester leur nouvel espace de restauration. La carte nous met l’eau à la bouche avec ses plats mariant des recettes à base de chocolat ou de cacao. Le résultat est intéressant, mais nous aurions aimé que l’expérience aille peut-être un peu plus loin. En effet, la présence du chocolat est parfois trop subtile à notre goût, et nous regrettons que l’expérience se révèle trop timide. Alors avis aux cuisiniers : on aurait vraiment aimé des saveurs qui viennent étonner notre palais. Peut-être la rançon d’une cuisine se voulant ouverte à tous les visiteurs ?

Mais qu’importe, nous sommes surtout ici pour visiter la partie musée de cette Cité du Chocolat, et celle-ci ne nous déçoit pas. Très complète, esthétique, mêlant parfaitement pédagogie et aspect ludique, la visite captive notre fille Chloé (bientôt 10 ans). Sa partie préférée : les animations dévoilant les secrets de la fabrication des chocolats. Du haut de ses 2 ans, Timéo est quant à lui moins concentré, sauf lors des dégustations, ou lorsque des projections d’animaux viennent passer entre ses jambes au sein de la reconstitution de la plantation de cacao.

🚲 Si vous êtes en vélo, le site a l’avantage de donner sur le Rhône avec la ViaRhôna juste en face : une visite qui se rajoute donc facilement à votre carnet de route. Bien évidemment, un parking à vélos est prévu, et vous pouvez même récupérer votre Benur à cet endroit.

ℹ️ Infos sur la Cité du Chocolat : https://citeduchocolat.com/ 

Le Train de l’Ardèche

Alors que ce séjour débutait à vélo, nous avons voulu le clôturer à bord d’un autre moyen de transport : un authentique train à vapeur ! C’est donc à bord d’anciens wagons tractés par une locomotive de l’époque, que nous remontons les Gorges du Doux le long de cette ligne de chemin de fer vieille de 130 ans. Cette balade est un émerveillement à chaque tournant, et nous restons tous scotchés lors du retournement de la locomotive à mi-chemin (on vous laisse voir la vidéo).

🚲 La gare se trouve à 2 kilomètres de la ViaRhôna en remontant le Doux. L’un des deux trains (le Mastrou) est équipé d’un fourgon à vélos et bagages vous permettant ainsi de faire un petit crochet au cœur de l’Ardèche.

ℹ️ Infos sur Le Train de l’Ardèche : https://www.trainardeche.fr/ 


Le logement : la Ferme des Denis

Notre chambre n’était peut-être pas la plus belle, ni même la plus propre (nous avons signalé ce désagrément qui a été pris en compte), mais la Ferme des Denis reste une adresse qui nous a marqué et à laquelle nous aimerions bien revenir.

Déjà pour son cadre : garnie de grosses pierres polies, la bâtisse est pleine de charme et d’histoire (le propriétaire est la 18ème génération à habiter les lieux). La grande cours et son jardin présentent aussi un bel espace où les enfants peuvent jouer, donner à manger aux poules, et surtout se baigner. Le gîte est effectivement équipée d’une grande piscine très agréable après une chaude journée de vélo. 

Mais surtout, les propriétaires sont touchants. Jean-Pierre et Jacqueline ont le cœur sur la main et toujours aux petits soins : ils n’hésitent pas à s’adapter aux différentes demandes ou aux contraintes de leurs hôtes. Vigneron de profession, Jean-Pierre vie aujourd’hui en fauteuil roulant suite à un grave accident de voiture, mais cela ne l’empêche pas de continuer à faire son pain, ses confitures ou son jus qu’il partage avec amour avec ses invités. C’est aussi suite à ce tragique événement que Jean-Pierre a été poussé à changer sa profession et créer les chambres d’hôtes. Et c’est sans regret et avec beaucoup de passion qu’ils nous racontent ce changement de vie. Un couple attachant : en à peine 2 nuits et 3 jours chez eux, nous nous sommes liés d’amitié et nous espérons franchement pouvoir les revoir bientôt. 

ℹ️ Infos sur la chambre d’hôtes : https://www.lesdenis.com/ 
♿️ A savoir : le couple propose également une chambre labellisée “Tourisme et Handicap


Prêt pour un grand voyage à vélo ?

Bien que très court, ce voyage aux abords de la ViaRhôna aura été rempli d’émotions, d’expériences inédites, de rencontres attachantes, et d’histoires touchantes. Que ce soit celle de Joseph (le fondateur de Benur) ou celle de Jean-Pierre (le propriétaire de la chambre d’hôtes), ces histoires continuent de nous rappeler que la vie ne tient parfois qu’à un fil, qu’il faut savoir rebondir, s’adapter, avancer. 

Ce voyage aura aussi permis à Clem de sauter un pas dans l’acceptation de son handicap, de lui montrer qu’il existe parfois des solutions auxquels nous n’avions même pas pensé, que des gens se battent pour cela, et que des institutions mettent les moyens pour pouvoir proposer à toute personne, en situation de handicap ou non, les moyens de vivre et de voyager.

Auteur

Le père de famille

Écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.